Au Verger

16801-150-600-Auto16804-150-600-Auto 16802-150-600-Auto

 

 

 

La démarche de FRUITNET s’intègre dans le développement durable.

Fruitnet veille  :

  • à la conservation des ressources génétiques,
  • au maintien de la biodiversité,
  • à la minimisation des effets nuisibles sur l’air, l’eau et le sol.

Ce faisant, FRUITNET contribue au bien-être des générations actuelles et futures.

Tout démarre à la plantation. Pour avoir des arbres en bonne santé et pour récolter chaque année des fruits de qualité avec un apport minimum de produits chimiques, le producteur doit :

  • choisir un emplacement  favorable et un bon sol,
  • sélectionner des variétés bien adaptées aux caractéristiques de l’emplacement,
  • adapter le nombre d’arbres en fonction de la nature du sol,
  • maintenir et entretenir l’environnement proche du verger,
  • si nécessaire réaliser des aménagements spécifiques tels qu’une haie variée, une prairie fleurie, des nichoirs. Le but étant de favoriser la diversité de la faune utile qui se nourrit des ennemis des arbres fruitiers (les insectes tels que les pucerons qui sont mangés par les coccinelles, les chenilles par les mésanges, … ) et par la même occasion leur contrôle naturel.

Aux jeunes arbres, le producteur devra encore leur apporter de nombreux soins pour qu’ils lui offrent chaque année la récolte espérée avec un impact minimum sur l’environnement et la santé :

  • tailler afin d’obtenir un équilibre entre croissance et production régulière,
  • nourrir, ni trop, ni trop peu, en se basant sur des analyses de sol et de feuilles,
  • entretenir les allées et le pied des arbres afin d’éviter l’érosion, le compactage du sol, sans porter préjudice à la récolte et tout en limitant au maximum l’utilisation des herbicides,
  • polliniser les fleurs en installant des ruches d’abeilles et de bourdons.

Toutes ces mesures contribuent à réduire la pression des ennemis des arbres fruitiers mais sont généralement insuffisantes pour supprimer toute intervention directe.

C’est pourquoi, le producteur doit régulièrement observer ses arbres, afin de détecter les intrus et surtout de déterminer leur  importance.

Pour cela, il dispose de plusieurs moyens de contrôle : la loupe, le filet de frappage, les pièges,…

S’il y a un risque de dégâts trop important, le producteur sera amené à intervenir mais en utilisant d’abord des moyens de lutte non chimiques tels que :

Les pesticides ne sont utilisés que lorsqu’il n’y a aucune autre alternative mais et en donnant la priorité à ceux qui sont les moins toxiques pour la santé, l’environnement et la biodiversité.

 

16602-150-600-Auto 16799-150-600-Auto 16800-150-600-Auto